Aménagement de bureau, cloisons amovibles, depuis 1947
Demande de devis Vous avez un projet ?

Les plafonds suspendus dans le domaine de la santé

Domaines d’application : Santé

Du bloc opératoire aux chambres des malades, en passant par les couloirs, l’environnement médical requiert des aménagements parfois très spécifiques.

L’hygiène prime, tout comme l’accès au plénum. Au total, ce sont de nombreux critères qu’il faut prendre en compte pour la sécurité et le confort du personnel, du corps médical, des malades et des visiteurs.

RÉSISTANCE À LA POUSSIÈRE ET AUX MICROBES

Une surface lisse, sans rugosités ni perforation qui pourraient risquer d’accrocher la poussière ou les microbes : tel est le plafond idéal pour tous les locaux de soins et les locaux dits « sales » (poubelles, linge sale, etc.). D’autant qu’un plafond sans aspérités est facilement lavable : un atout non négligeable dans un hôpital où la propreté est une priorité.

LAVABILITÉ ET RÉSISTANCE À L’HUMIDITÉ

Salle de bain dans les chambres, vestiaires, sanitaires publics, cuisines, piscines… En milieu médical, nombreux sont les espaces soumis à des niveaux d’humidité élevés et mal aérés. Nombreux sont également ceux devant subir de fréquents nettoyages. Il est donc indispensable que le prescripteur choisisse pour ce type de pièces des plafonds lavables offrant un degré élevé de résistance à l’humidité.

DÉMONTABILITÉ

En hôpital, ce sont les plénums des circulations et des plateaux techniques (salle de radiologie) qui abritent le plus grand nombre de circuits électriques, de gaines de ventilation, d’aspiration d’air… Le moindre accident, et il faut intervenir pour réparer. Pas question pour autant d’investir les lieux pendant des heures ! Pour un accès rapide au plénum, l’installation de plafonds facilement démontables est indispensable. Démontables, mais également « remontables », surtout lorsque les dalles sont découpées pour intégrer des services : il faut pouvoir ajuster facilement la dalle pour retrouver l’emplacement d’un luminaire ou d’une bouche d’aération, par exemple. D’autre part, en dehors des locaux de soins intensifs de type réanimation ou bloc opératoire nécessitant une parfaite asepsie, la pose de dalles démontables est tout à fait compatible avec le degré d’hygiène requis.

ACOUSTIQUE

Personnel, visiteurs, malades circulent en permanence dans les couloirs, où se croisent également les chariots. De telles nuisances sonores sont extrêmement difficiles à supporter et le calme est de rigueur en milieu hospitalier. L’effort acoustique y est donc particulièrement important. Spécialement dans les locaux caractérisés par un séjour permanent de personnes (cafétéria, bureaux, salle d’attente…) et dans les zones de circulation (couloirs, halls d’entrée, etc.). L’absorption acoustique, pour le confort des utilisateurs de locaux, doit donc être étudiée pour éviter les résonances, sans pour autant étouffer les sons. L’isolement acoustique est également de rigueur pour respecter la confidentialité des dossiers médicaux.

DESIGN

Coup d’œil du visiteur, bien-être des malades et du personnel : l’hôpital devient de plus en plus un lieu de convivialité où les considérations esthétiques doivent accompagner les choix techniques.

Dans les zones d’accueil du public bien sûr, mais également dans les locaux administratifs, les chambres ou même les espaces réservés à certains soins. Dans certains locaux, on préférera miser sur la pureté des lignes et des décors, d’un blanc absolu. Ailleurs on privilégiera plutôt des décors ou des couleurs en rapport avec l’utilisation qui est faite de la pièce.

LUMINOSITÉ

La luminosité d’une pièce participe à l’atmosphère qui y règne. Elle dépend en partie d’une bonne réflexion des rayons lumineux. Selon le type d’utilisation d’une pièce, l’éclairage naturel peut être préférable à une lumière artificielle. Les chambres par exemple, sont généralement équipées d’une ou plusieurs fenêtres et l’éclairage naturel est plus agréable pour les malades. Sur les plateaux techniques, en revanche, l’absence (le plus souvent) de fenêtres suppose des luminaires qui peuvent être de différents types : apparents, indirects (si le plafond doit être fréquemment nettoyé) ou plus rarement encastrés.